CPER Lorraine 2007 - projet 1

De DrrtLor.

Cette page contient le texte complet du premier projet du CPER 2007 pour la Lorraine.

Nuvola apps important.png

Cette page a été initialement élaborée sur le wiki général Wicri.

Elle est en cours d'adaptation au contexte de la DRRT Lorraine.


Projet 1 : Donner une dimension internationale au dispositif de recherche, d'enseignement supérieur et d'innovation Lorrain

Les politiques économiques nationales et européennes actuelles font du développement de l'innovation et de celui de la société de la connaissance, la clef du progrès économique. Le renforcement des capacités d'innovation, de recherche et d'enseignement supérieur de la Lorraine doit constituer un enjeu prioritaire en vue de rendre les entreprises plus compétitives et la Lorraine plus attractive.

PRES Lorrain
MIPI
Matériaux Innovants Procédés Intelligents
FGE
Fibres Grand Est
Nancy-Université
ISEETECH
Institut Supérieur Européen de l'Entreprise et de ses Techniques
  • Le pôle de recherche et d'enseignement supérieur lorrain (PRES) s'appuiera sur un pôle nancéien, organisé avec le futur EPCS Nancy-Université, et sur un pôle mosellan, essentiellement messin, constitué autour de l'institut de l'entreprise ISEETECH. Au-delà du cadre juridique qu'il propose, le PRES devra avoir un rôle de fédération et de mise en synergie de l'action des laboratoires publics et privés, des écoles supérieures et de l'Université. Les Etablissements Publics Scientifiques et Techniques (EPST) de Lorraine (CNRS, INRA, INSERM et INRIA) y seront associés ainsi que les établissements ayant une implantation en Lorraine mais dépendant de structures nationales ou étrangères (ENSAM, SUPELEC, et Georgia Tech).

    Ce PRES devra notamment permettre le développement des pôles de compétitivité MIPI et FGE pour développer l'innovation industrielle et soutenir la création d'emplois. Il devra dans le même temps assurer la mobilisation des forces scientifiques et technologiques de haut niveau non intégrées dans ces sites. A moyen terme, il s'agit de donner une dimension internationale au dispositif lorrain, tout en assurant son ancrage dans le tissu économique.
  • La programmation et le financement des différents projets scientifiques présentés par ces structures découleront du résultat des évaluations qui seront menées au plan national et régional (cf 1.1.1).
    Ces avis seront portés à la connaissance du partenariat.
  • Les crédits indiqués dans les développements qui suivent et dans le tableau financier de synthèse sont des valeurs cibles et pourront, le cas échéant, être redéployés en fonction de l'état d'avancement des projets, après analyse du Comité Régional de Pilotage « enseignement supérieur et recherche », en tenant compte des évaluations concernant les Pôles de recherche notamment. Par ailleurs, les clés de financement figurant ici constituent une moyenne à respecter, sachant que des financements croisés pourront être adoptés en fonction des choix de maîtrise d'ouvrage qui seront opérés. Une convention d'application viendra compléter ces éléments.
  • L'attractivité des villes universitaires doit être renforcée par un effort consacré à l'accueil des étudiants et des chercheurs.

Par référence aux règles antérieurement appliquées, le financement de ce grand projet s'établira globalement selon les clés suivantes :

  • pour les constructions : 50% Etat, 25% Conseil régional, 12,5% conseils généraux, 12,5% communes
  • pour la recherche : à parité 50/50 entre l'Etat et le Conseil régional

Ces clés pourront toutefois être modulées selon les projets et leur maîtrise d'ouvrage.

Financement du grand projet n°1 (en millions d'euros)
État Région Autres financements publics
139,974 116,924
CG 54 : 5,578
CG 55 : 0,672
CG 57 : 8,4
CG 88 : 1,040
NANCY ET CUGN : 21,28 à 22,28
CA2M : 5,025
METZ : 7,5* (bâtiment ESAM)
EPINAL-GOLBEY : 0,2

Sommaire

Le projet 1

Soutien aux projets de recherche

Dispositif d'évaluation et de coordination

Financement de l'action 1.1.1 (en millions d'euros)
État Région Autres financeurs publics
0.35

A l'issue du IVème CPER, la recherche en Lorraine est structurée à l'échelle régionale suivant cinq Pôles de Recherche Scientifiques et Technologiques (PRST) aujourd'hui reconnus de façon unanime « Matériaux, Energies, Procédés, Produits » (MEPP) adossé au Pôle de compétitivité MIPI Sciences et Génie de l'Environnement » (SGE) adossé au Pôle de compétitivité Fibres Grand Est (FGE) et au Pôle de compétence FABELOR (« Forêt – Agroalimentaire – Biotechnologies – Environnement – LORraine »), « Ingénierie Thérapeutique et Moléculaire- Santé », «  Modélisation, Information et Systèmes Numériques », « Maison des Sciences de l'Homme ».

La structuration de ces Pôles a été rendue possible par des évaluations annuelles et par l'organisation de conseils scientifiques, co-présidés par l'Etat et la Région, sur la base de la qualité scientifique des projets présentés. D'un commun accord, cette méthode, unanimement reconnue par la communauté scientifique, continuera d'être appliquée pour le présent CPER.

Ainsi, le financement de chaque projet sera justifié par des évaluations nationales et régionales, les deux systèmes devant s'articuler pour une parfaite efficacité de la procédure. L'Etat et la Région Lorraine mettront à disposition de leurs partenaires régionaux les expertises réalisées sous leurs responsabilités respectives afin qu'elles permettent de poursuivre la structuration des Pôles de recherche engagée à l'échelle régionale.

Enfin, le soutien accordé sera conditionné par l'appartenance des PRST au PRES Lorrain en cours de constitution.

La procédure correspondante - reprenant le dispositif du IVème CPER - est décrite en annexe.

Pôle de Recherche Scientifique et Technologique « matériaux énergies procédés produits » (MEPP), dont Institut Jean Lamour, ARTEM et ISEETECH : soutien au pôle de Compétitivité MIPI

Financement de l'action 1.1.2 (en millions d'euros)
État Région Autres financeurs publics
90,15 48,6
CG 54 : 5,333
CG 57 : 8,4
NANCY ET CUGN : 19,58
CA2M : 5,025
METZ : 7,5* (bâtiment ESAM)

Projets scientifiques et techniques transverses

Le pôle de recherche scientifique et technologique Matériaux, Énergies, Procédés, Produits (MEPP) (en partenariat avec le CNRS)
MEPP
Matériaux, énergies, procédés, produits

Ce projet vise à poursuivre et à amplifier l’effort de structuration engagé lors du contrat précédent dans un contexte de compétition internationale croissante. Ce pôle de recherche scientifique et technologique (PRST) a en effet permis une structuration importante de la recherche publique en cohérence avec les politiques des EPST et des établissements universitaires lorrains. La dynamique ainsi créée a également largement contribué à la définition du volet recherche du pôle lorrain de compétitivité MIPI.

Il bénéficie d’un potentiel de recherche conséquent avec environ 600 chercheurs ou enseignants-chercheurs travaillant au sein du Centre National de la recherche scientifique (CNRS), de l’Institut national polytechnique de Lorraine (INPL), de l’Université Henri Poincaré (UHP), de l’université Paul Verlaine (UPV-M), de l’ENSAM, de l’ENIM, de SUPELEC et de Georgia tech lorraine. Il concerne 27 laboratoires dont 18 unités CNRS.

Outre l’objectif de structuration de la communauté scientifique, le PRST MEPP cherche à accroître le niveau d’excellence de ce secteur de recherche de manière à en renforcer la visibilité régionale, nationale et internationale. Cela passe par des actions portant sur la qualité et le niveau de la formation des personnels mais aussi sur l’acquisition et le développement d’équipements et de moyens de calcul. Ce PRST se développera en cohérence avec la structuration des fédérations de recherche : l’institut Jean Lamour pour les matériaux, la fédération Jacques Villermaux pour la mécanique, l’énergie et les procédés, l'institut ISEETECH, la fédération GI2M pour le génie industriel, la mécanique, les matériaux et l’institut de chimie et physique moléculaires et biomoléculaires.

Il s’appliquera à dépasser les cloisonnements actuels en favorisant des projets transversaux exploitant les complémentarités exceptionnelles existant en Lorraine et favorisera les liaisons entre la recherche fondamentale et le monde économique.

Au-delà de la Lorraine, dans le cadre de partenariats nationaux et internationaux, ce PRST s’intéressera à de nombreuses problématiques nationales et internationales : économies d’énergies, environnement, développement durable (éco-conception, recyclage, procédés propres, cycle de vie des produits …).

L’élargissement des thématiques de ce pôle et l’accroissement des efforts financiers des partenaires en sa faveur devrait ainsi permettre de dépasser les résultats déjà acquis lors du précédent contrat (une centaine de thèses et 500 publications sur la période).

Iseetech

L'Institut de l'Entreprise ISEETECH vise à utiliser au mieux les capacités existantes et à développer des synergies entre enseignement supérieur, recherche et entreprises notamment dans le contexte transfrontalier.

Le succès véritable de programmes comme les pôles de compétitivité, les instituts Carnot ou le PRES repose pour une part importante sur le rapprochement entre scientifiques, universitaires et industriels, qui doivent désormais faire de la création de « valeur technologique » le cœur de leur activité.

L'action conduite fédère l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur et de recherche de Moselle, il associe également les grandes structures de transfert.

Cette démarche s'appuie sur trois types d'actions inscrites au présent contrat de Projet représentant des opérations immobilières (y compris premier équipement), l'équipement de laboratoires de recherche contribuant notamment au développement du pôle MEPP, l'équipement de plates-formes technologiques thématiques à destination des entreprises.

  1. Le projet immobilier prévoit entre autres :
    • la création d’une maison d'accueil internationale de chercheurs en vue de renforcer l'attractivité du campus messin, à l'occasion notamment du nouveau projet pour l’école d’art de Metz;
    • le renforcement des capacités de recherche de Supelec Metz (extension des locaux, renforcement des équipements de recherche) et l’approfondissement de ses relations avec Georgia Tech sur les thématiques de l'habitat intelligent.
    • la création d’un institut du Handicap et de la biomécanique à Metz au sein des anciens bâtiments de l’ENIM.
    • La création d'une plate-forme mesure et contrôle des matériaux, halle de technologie dans la rénovation des anciens bâtiments de l'ENIM
    • La création d'une plate-forme Environnement, évaluation des risques en lien avec le projet FABELOR
    • le renforcement de l’offre de formation supérieure franco-allemande dans les secteurs de la gestion et du commerce dans l’aire métropolitaine Sarrebruck- Moselle-Est et en matière de réseaux de communication à Metz.
  2. Les projets d'équipements de laboratoires de recherche seront soutenus par l'Etat et la Région au titre du présent CPER dans le cadre des PRST. Dans ce cadre le développement de l'UMI CNRS-Georgia Tech sera soutenu.
  3. Enfin ce projet permettra également de financer l'équipement de plates-formes technologiques telles :
    • l'équipement technologique d'une plate-forme mesure et contrôle des matériaux, halle de technologie dans la rénovation des anciens bâtiments de l'ENIM
    • l'équipement technologique d'une plate-forme Environnement, évaluation des risques en lien avec le projet FABELOR
    • le développement de deux plates-formes de recherche-développement spécialisées (à Thionville-Yutz autour de la maintenance intelligente et en Moselle-Est en lien étroit avec les activités de Plasturgie-chimie-composites et Développement des nouvelles énergies.)
    • la création d’un centre de prestations techniques pour les entreprises au Centre d'Innovation et de Recherche Associée de Metz (CIRAM).


Les opérations des points 1) et 3) ci-dessus seront financées à hauteur de 22.17 M€ par l'Etat, 11.33 M€ par la Région, 8.4 M€ par le Conseil Général de la Moselle et 7.9 M€ par les agglomérations mosellanes concernées, la Ville de Metz quant à elle apportera le bâtiment de l'ESAM qu'elle évalue à 7,5 M€.

L’institut Jean Lamour
Institut Jean Lamour

Le projet d’institut Jean Lamour désigne la création d’une plate-forme européenne en ingénierie des matériaux pour la recherche et le développement économique, par fédération de 5 unités mixtes de recherche CNRS/INPL/UHP. En outre, l’institut regroupera les centres technologiques en matériaux dont le CRITT Metal 2T et aura un espace entreprises émergentes et développement de projets.

L’Institut Jean Lamour est partie prenante des 2 pôles de compétitivité lorrains : MIPI et FGE.

Il s’articule avec le projet ARTEM, dans lequel est impliquée l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Nancy (INPL), et qui vise à réunir sur le même site trois écoles supérieures de sciences et techniques, de management et des arts. Pour permettre l’accueil des masters sur le même site, le rapprochement des formations en matériaux, notamment de l’université Henri Poincaré, est aussi à l’étude.

Cet ensemble d’unités de recherches, associé au pôle de compétitivité MIPI, accompagne le développement du pôle ingénierie Intégrée de conception de Matériaux, Energie, Procédés, Produits (MEPP).

Près de 450 chercheurs et personnels de recherche dont plus d'une centaine de thésards participent à cette dynamique.

Ayant le statut d'unité mixte de recherche CNRS-Université, Jean Lamour mobilise ses compétences au profit d'un ensemble cohérent de thématiques de recherche, dont notamment :

  • Les nanosciences
  • Les nano techniques
  • La métallurgie
  • Le génie des procédés
  • Les sciences et techniques des plasmas chauds

Outre ses activités de recherche, l'Institut a vocation à développer des interfaces entre les établissements et laboratoires associés et le tissu économique et industriel régional et européen.

L’Etat apportera un financement de 18,1 M€ pour la première tranche de construction de la plate-forme Jean Lamour sur le site Molitor, le conseil régional 9,05 M€ et la CUGN 7,025 M€.

Pour les équipements, l'Etat apportera un crédit de 5M€, complétés à même hauteur par la Région Lorraine.

ARTEM (Art, Technologie et Management)

Le projet Artem vise à promouvoir l’alliance, pédagogique et scientifique, institutionnelle, immobilière entre l’Ecole Nationale Supérieure d'Art de Nancy, l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Nancy et l’ICN, Ecole de Management de Nancy, conventionnée avec l’Université de Nancy 2 en les réunissant sur le même site, les anciennes casernes Molitor de Nancy. Il accueillera également l'IAE et le GREFIGE/CEREMO. Le projet est également porté par les trois universités de Nancy, et, en particulier par l’institut national polytechnique de Lorraine et l’université Nancy 2.

L’achèvement de ce projet permettra de réaliser une optimisation du fonctionnement et des investissements par la mise en commun de services et d’équipements. Au-delà de leurs activités propres en tant que « grandes écoles », ces établissements organiseront également des formations communes.

Dans le cadre du contrat de plan 2000-2006, une première tranche fonctionnelle a été engagée pour la construction de la première tranche de l’école des mines et du pôle de gestion ICN école de management conventionnée, et IAE-GREFIGE/CEREMO.

Le présent contrat prévoit la construction de l’Ecole Nationale supérieure d’art de Nancy et des locaux partagés ainsi que la 2ème tranche de l'Ecole Nationale des Mines

Le financement de ces constructions sera assuré :

  • par l'Etat, pour 32,33 M€ (dont 10,33 M€ du Ministère de l'Education Nationale, 11 M€ du Ministère de l'Industrie ainsi que 11 M€ du Ministère de la Culture confirmant des engagements antérieurs concernant l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de Nancy, pour lesquels le Conseil Régional et les collectivités se sont engagés à apporter la contrepartie).
  • par le Conseil Régional pour 10,665 M€ (dont 5,5 M€ confirmant les engagements antérieurs pour l'école d'art),
  • par le Conseil Général de Meurthe et Moselle et la CUGN pour 5,332 M€ (dont 2,75 M€ confirmant les engagements antérieurs pour l'école d'art) pour chaque collectivité.

Structuration du pôle de compétitivité MIPI

Pour se développer dans de bonnes conditions, un pôle de compétitivité doit pouvoir s'appuyer sur un tissu structuré d'entreprises et de centres de recherche et de formation. Ce premier volet a pour ambition de soutenir les différentes actions de l'Etat et du Conseil Régional en la matière (actions collectives d'animation, de transfert de technologie, d’intelligence économique, de promotion…).

Soutien aux projets du Pôle de Recherche Scientifique et Technologique Sciences et Génie de l’Environnement » en lien avec les thématiques agro-environnementales

Financement de l’action 1.1.3 (en millions d’euros)
État Région Autres financeurs publics
17.374 14.874 CG 88 : 0,540 (20% de 2,7M€ labo. Epinal)

Le projet « Sciences et Génie de l'Environnement » vise à poursuivre et amplifier l’effort de structuration engagé précédemment au sein du PRST « Gestion durable et sure des sols, des agro-ressources et des ressources environnementales » et du volet « Après-Mines » du précédent contrat.

Les évaluations réalisées et l’implication des chercheurs lorrains ont de fait permis une structuration importante de la recherche publique, en cohérence avec les politiques des EPST et des Etablissements Universitaires Lorrains. Ces efforts ont contribué à la définition du volet recherche du pôle de compétitivité « Fibres naturelles Grand Est » et du pôle de compétence FABELOR.

Il s’agira de poursuivre les réflexions répondant à certains enjeux sociétaux majeurs liés à l’environnement et au territoire lorrain (eau, agriculture, forêt-bois, sols pollués, friches industrielles, affaissements miniers …).


Soutien aux projets de recherche du pôle de Compétences Forêt-Agroalimentaire- Biotechnologies-Environnement-LORraine (FABELOR)

Ce Groupement d’Intérêt Scientifique contribuera - par les projets qu’il comprend - au développement d’outils d’aide à la décision, à susciter les ransferts de technologies et stimuler la création d’entreprise tout particulièrement dans trois domaines :

  • la forêt et le bois (26 000 emplois directs concernés) en relation avec l’ONF, les parcs naturels régionaux, l’agence de l’eau, l’ADEME et près de 150 entreprises de plus de 20 salariés
  • l’ingénierie et la sécurité des aliments (20 000 emplois directs) avec Nestlé Waters, Uniq, Bel, Sodiaal, Lactalis, les PME agro-alimentaires …
  • l’eau, les sols, la biodiversité (15 300 emplois directs) en liaison avec les exploitations agricoles, les industries lourdes, les cabinets de conseil …

Soutien aux projets de recherche de Géosciences

Le pôle de recherche scientifique et technologique sciences et génie de l’environnement comprend également des projets relevant de laboratoires de réputation mondiale au sein de la fédération EST (eau, sols, terre) et repose sur un partenariat fort avec le CNRS et le BRGM.

Il regroupe des activités stratégiques telles que l’exploration des ressources (ressources minérales, pétrole, gaz, uranium), leur exploitation, traitement, recyclage et stockage, l’étude de l’impact et de la sécurité des ouvrages souterrains et l’origine et l’évolution de la terre et des planètes. La question de la sécurité des ouvrages profonds (stockage des gaz à effet de serre, des déchets nucléaires) sera une des thématiques prioritaires.

Il est essentiel de renforcer le potentiel lorrain existant, en particulier avec le chantier national du site de Bure. Des projets d’étude tels que TRANSTER (transfert souterrains et superficiels : de l’exploration des ressources à l’aval de leur exploration) et la création d’une plate-forme analytique par le CNRS participeront pleinement à la réalisation de cet objectif.

Structuration du pôle de compétitivité FGE

Ce pôle, labellisé par le CIADT du 12 juillet 2005, repose sur trois filières d’importance économique majeure : la filière bois, la filière textile et celle des industries de la pâte à papier. Il vise notamment à installer un laboratoire sur le campus fibres d’Epinal en cohérence thématique avec les laboratoires du pôle de compétences scientifiques MEPP.

Un effort particulier portera sur les jeunes entreprises innovantes issues du pôle de compétitivité FGE.

Ce projet pourra également financer des projets de recherche et développement et de transfert de technologie.

L’Etat consacrera 8,75M€ à cette action, et la Région 6,25M€.

Soutien aux sites lorrains de recherche universitaire non encore structurés en pôles de compétitivité

Financement de l’action 1.1.4 (en millions d’euros)
État Région Autres financeurs publics
9,25 9,25 CUGN : 0,1

Une partie importante de la recherche Lorraine n’étant pas associée aux pôles de compétitivité, il convient de renforcer trois pôles structurés au cours du 4ème contrat de plan afin qu’ils puissent prétendre à une prochaine labellisation nationale, notamment comme pôle de compétitivité.

Le pôle de recherche scientifique et technologique «modélisation, information et systèmes numériques » (en partenariat avec l’INRIA et le CNRS)

Les technologies numériques constituent un enjeu capital pour l’innovation et le développement économique. La modélisation permet en effet de réaliser des expériences autrefois inenvisageables pour des raisons techniques ou financières.

C’est pourquoi le CNRS, l’INRIA et les universités de Nancy soutiennent le projet de « modélisation, information et systèmes numériques » proposé par les chercheurs lorrains.

Il visera d’abord à accompagner la recherche, la formation et l’innovation dans quatre directions : modélisation, interaction, simulation ; sûreté et sécurité des systèmes ; ingénierie des connaissances et des données ; analyse, optimisation et contrôle. Il cherchera ensuite à créer un centre de compétence et de transfert en modélisation, interaction et simulation. Il contribuera enfin à renforcer la position de la Lorraine en traitement automatique des langues et des connaissances par le soutien aux équipes de recherche et du Centre National de ressources textuelles et lexicales.

Le pôle de recherche scientifique et technologique « ingénierie thérapeutique et moléculaire- Santé » (en partenariat avec le CNRS et l’INSERM)

ITM-S
Ingénierie thérapeutique et moléculaire, santé

Grâce aux efforts conjugués de la Région Lorraine, des universités et des établissements publics scientifiques et techniques, un pôle aux problématiques originales et au caractère interdisciplinaire a été créé au cours du précédent contrat autour du PRST « bio-ingéniérie ».

Il intègre les universités (UHP, INPL, Nancy 2, Metz), le CNRS (département des sciences du vivant, ingénierie, chimie), l’INSERM, l’INRA, le CHU et le Centre Alexis Vautrin.

Le programme immobilier « biopôle », actuellement en cours de réalisation, permettra le rapprochement des équipes réalisant des recherches en biologie structurale et moléculaire et les équipes de recherche orientées dans le domaine de la santé.

Le pôle de recherche «Maison des Sciences de l’Homme » (en partenariat avec le CNRS)

PRST Homme et société
MSH Lorraine

Le pôle « homme et société » a pour ambition de fédérer les équipes présentes en Lorraine au sein d’une structure commune développant sur le long terme un projet scientifique novateur et intégrant la thématique frontalière : la plate-forme « maison des sciences de l’homme ».

Pour son action, son comité de pilotage a proposé cinq grands axes stratégiques : frontières, territoires et échanges ; langues, textes et documents ; système productif, transfert de compétences et innovation ; mémoire, culture et sciences ; santé, qualité de vie et handicap.

Accompagnement des pôles de compétitivité et du système de transfert de technologie

Soutien à l’émergence de nouveaux pôles de compétitivité ou autres réseaux innovants d’entreprises

Financement de l’action 1.2.1 (en millions d’euros)
État Région Autres financeurs publics
0,3 0,3
CG 54 : 0,245
CG 88 : 0,5
EPINAL-GOLBEY : 0,2

La Lorraine n’a présenté que deux dossiers à la première sélection des pôles de compétitivité. Or les projets MIPI et FGE ne résument pas l’ensemble de la capacité régionale. D’autres projets de pôles de haut niveau (pôles de compétitivité, réseaux innovants d’entreprises) peuvent légitimement voir le jour prochainement.

L’objectif prioritaire sera ainsi de stimuler la création de nouveaux pôles de niveau international, en particulier autour des thématiques de l’eau des sols et de l’environnement, de l’image, de la santé, des industries et métiers d’art.

C’est ainsi que la création d’un pôle mondial de l’eau dans les Vosges sera proposé au titre des pôles de compétitivité, et que les études sur le pôle verrier seront soutenues.

Soutien aux actions de transferts et d’innovation en faveur du développement économique de la Lorraine

Financement de l’action 1.2.4 (en millions d’euros)
État Région Autres financeurs publics
4,9 4,55 CG 55 : 0,672

Il s'agit de doter la Lorraine d'un dispositif permettant de structurer efficacement et sur le long terme l'ensemble des activités de valorisation de la recherche, de transfert de technologie et d'innovation.

Le transfert de technologie est le levier du développement de l’innovation dans l’entreprise. Il est donc primordial que les CRT (centres de ressources technologiques) et les plates-formes technologiques coordonnent leur développement et intensifient leurs relations avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Il conviendra aussi de soutenir le développement et les transferts de technologies nouvelles vers les PMI françaises.

Plusieurs actions sont ainsi envisagées : mutualisation des dispositifs de valorisation, intégration de l’incubateur lorrain dans le PRES, mise en œuvre d’une coopération repensée avec certains CRITT et coordination/restructuration des plates-formes technologiques universitaires.

Par ailleurs, afin de permettre l’installation de locaux accueillant une plate-forme technologique de transfert à Saint Dié, une extension de son IUT sera soutenue par l’Etat, le Conseil Régional et les autres collectivités.

Enfin, le Conseil Régional envisage la mise en place d’un dispositif d’évaluation et de coordination, du même type que celui existant pour les projets de recherche, destiné à émettre un avis préalable au financement des projets de transfert de technologie. Il consacrera 0,1 M€ à cette action.

Promotion de la culture scientifique et technique

La culture scientifique et technique se définit comme la mise en réseau d’acteurs en vue de présenter au public les sciences, les techniques et l’innovation et de susciter le débat à leur sujet. L’Etat et le Conseil régional financeront exclusivement des projets fédérateurs s’inscrivant à l’échelle de la Lorraine.

Financement de l’action 1.3 (en millions d’euros)
État Région Autres financeurs publics
1 1 Nancy et CUGN : 0,7

Logement, restauration et vie universitaire dans les pôles de Metz et Nancy

L’attractivité des villes universitaires repose sur la qualité des formations dispensées et l'excellence de la recherche, mais aussi sur les conditions d’accueil et de vie des étudiants et des chercheurs. Or le diagnostic effectué par le CROUS, qui fait consensus, fait apparaître que 3000 chambres vétustes de cités universitaires doivent être rénovées à Nancy. A Metz, l’évolution des capacités de la restauration et du logement universitaires devra prendre en compte le transfert de l’ENIM et de l’IPEFAM.

Il est ainsi proposé de s’engager dans une démarche planifiée, collective, à l’échelle de la Lorraine.

Dans un premier temps, il est envisagé de financer la rénovation de chambres universitaires vétustes à Nancy pour 11,75 M€ (9,75 M€ Etat, 2 M€ Région) et une restauration universitaire complémentaire à Metz pour 4,5 M€ (3,5 M€ Etat, 1M€ Région).

Financement de l’action 1.4 (en millions d’euros)
État Région Autres financeurs publics
17 3 Nancy et CUGN : 1 à 2

Accompagnement décisionnel des entreprises

Les entreprises lorraines sont confrontées à une concurrence internationale croissante. Dans le contexte de mondialisation, la conservation d’un tissu économique et industriel dynamique repose sur leur capacité à renforcer leur compétitivité et à trouver de nouvelles sources de valeur ajoutée. Cela passe par un engagement fort des entreprises mais dépend également de leur environnement direct.

De petite taille, les entreprises lorraines sont rarement en contact avec les clients finaux de leur production. Il leur est difficile d’anticiper les évolutions des marchés car elles ne sont souvent que des fournisseurs de capacités de production et non d’activités à valeur ajoutée.

En outre, le tissu économique lorrain se caractérise par la faiblesse de sa création d’entreprise comparativement à son poids démographique et si elle était en 2004 la première région française pour l’accueil des investissements directs étrangers, ceux-ci se concentraient surtout dans des secteurs peu porteurs de valeur ajoutée. Enfin, les résultats de la Lorraine en matière d’exportation (7ème région française) sont le fait de quelques filières (automobile, sidérurgie) et de grands groupes et non pas des PME.

Ainsi, le tissu Lorrain de recherche et de transfert devrait soutenir des projets porteurs de développement économique de manière à stimuler l’innovation dans les PME et les rendre ainsi plus compétitives au niveau national et international.

C’est pourquoi le Conseil régional soutiendra en particulier l’intelligence économique (renforcement et développement des centres de veille sectorielle, structuration et animation du RELIE), l’ingénierie financière (amélioration de l’accès des PME au financement bancaire), l’accompagnement à la mise en réseau des entreprises, l’encouragement à la prospection, implantation et création d’activités nouvelles et l’aide à l’exportation (information et sensibilisation des entreprises, préparation à la démarche, accompagnement financier, structuration du suivi commercial).

Hors Contrat de projets, l’Etat accompagnera la restructuration de l’environnement des entreprises dans le cadre de la convention d’accompagnement des mutations économiques et des actions collectives de la DRIRE.

Financement de l’action 1.5 (en millions d’euros)
État Région Autres financeurs publics
35

Voir aussi

Notes et références

  1. [NDLR] Le contrat orginal fait ici mention de FNGE, ancienne appellation de ce pôle. Dans la suite du document nous avons systématiquement utilisé la dénomination actuelle.
Outils personnels