Perche commune

De Wicri thématique eau.

logo import Wikipedia cette page est utilisé pour la mise au point des outils liés à la gestion des taxinomies dans le réseau Wicri. Cette page sert également d'exemple pour la mise au point des métadonnées sur les poissons.
Aide à la lecture d'une taxobox Perche commune
 Perca fluviatilis
Perca fluviatilis
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Perciformes
Sous-ordre Percoidei
Famille Percidae
Genre Perca
Nom binominal
Perca fluviatilis
Linnaeus, 1758

La perche commune (Perca fluviatilis) est une espèce de poisson d'eau douce de la famille des percidés.[1]. Elle est produite en pisciculture de façon intensive depuis les années 90 et a, de ce fait, donné lieu à de nombreux travaux scientifiques ou technologiques.

Sommaire

Caractéristiques

Origine du nom

  • du latin perca, désignant l'animal, emprunté au grec πέρκη / pérkê, lui-même venant de l'adjectif πέρκος / pérkos, « noirâtre ».

Description

Le corps est haut. Elle a le dos de couleur gris-vert, les flancs étant plus clairs avec des bandes sombres. Le ventre est blanc. Elle a deux nageoires dorsales séparées, les nageoires pelvienne et anale sont orangées.

  • Habitat : dans les eaux calmes et riches en végétation aquatiques (arbres immergés...).
  • Mode de vie : vit en groupe de sujets de même génération cependant il existe certaines grosses perches appélées "bossées" qui restent solitaires.
  • Alimentation : carnassier, chasse en bande organisée d'autres poissons, goujons, gardons, ablettes. Se nourrit également de larves, de vers et de crustacés
  • Reproduction : d'avril à juin.
  • Longueur maximale connue : plus de 51 cm.
  • Poids maximum connu : 4,750 kg.
  • Poids moyen : de 200 à 500 g.
  • Longévité maximale connue : 22 ans.

Répartition

Cette espèce est présente dans la majeure partie de l'Europe. Elle a été introduite dans plusieurs pays pour la pêche sportive où elle est à l'origine de divers problèmes écologiques.

Parenté avec la perchaude (yellow perch en anglais)

Du fait de sa forte ressemblance et de sa capacité à s'hybrider avec la perche commune, la perchaude (Perca flavescens) a parfois été classifiée comme en étant une sous-espèce, d'où son nom trinomial : Perca fluviatilis flavescens. Cependant, il n'est pas établi clairement si les hybrides sont fertiles ou non, et la plupart des classifications traite les deux poissons comme deux espèces distinctes. D'après NatureServe, une étude sur des allozymes indique que Perca fluviatilis et Perca flavescens sont deux espèces différentes.

Intérêt économique

Intérêt agroalimentaire

Sa chair est excellente et a peu d'arêtes. La perche représente avec le brochet et le sandre, 80 à 90% des importations de poissons d’eau douce frais. Consommée sous forme de gros poisson entier, de friture et de petit ou grand filet, elle est particulièrement appréciée dans les régions alpines et scandinaves.

Fichier:Perca fluviatilis1.jpg
Perche commune (Perca fluviatilis)

Aquaculture

La production française provient pour une grande part de la pêche professionnelle dans les grands lacs alpins (ex : lac Léman). Cependant, le marché français est déficitaire et nécessite l’importation, notamment en provenance de Scandinavie et des Pays de l’Est.

Depuis la fin des années 90, la production intensive de perche en circuit fermé s’est progressivement développée en Europe. Ce système de production implique la production de juvéniles en écloserie dont les principes d’élevage s’inspirent de la larviculture des poissons marins (proies vivantes, sevrage et nourrissage sur l’aliment inerte). Aujourd’hui, les performances de l’élevage de la perche du stade larvaire au stade juvénile restent encore aléatoires. Parmi les points de blocage mis en évidence, on peut citer l’hétérogénéité de la croissance, le cannibalisme, la faible survie, l’absence de vessie natatoire et les malformations squelettiques. Des élevages industriels de perche ont également été mis en place en Australie.

Annexes

Articles connexes

Liens vers des bases de données

à vérifier :

Bibliographie

PercheCommune1.jpg
Peter 04
M. Peter et al., Lipides et acides gras dans différents tissus chez Perca fluviatilis L., in séminaire RPE2 Nancy (2004)
Jourdan 00
S. Jourdan et al., Influence of daylength on growth, heterogeneity, gonad development, sexual steroid and thyroid levels, and N and P budgets in Perca fluviatilis, in Aquaculture (ISSN 0044-8486) Volume 186, Issues 3-4, 15 June 2000, Pages 253-265 (2000)
Sulistyo 98
Isdy Sulistyo et al., Reproductive cycle and plasma levels of sex steroids in female Eurasian perch Perca fluviatilis (Cycle de reproduction et dosage dans le plasma des stéroïdes sexuels chez la perche femelle eurasienne Perca fluviatilis), in Aquatic living resources (ISSN 0990-7440) 1998, vol. 11, no2, pp. 101-110 (49 ref.) - EDP Sciences, Paris, FRANCE (1988)

Liens interwikis

La perche commune sur :

Voir aussi

Notes
  1. Cet article a été initialisé à partir de Wikipédia et fait l'objet d'adapatations spécifiques
    Perche commune. (2011, janvier 31). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 13:17, février 2, 2011 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Perche_commune&oldid=61835334.
Sur ce wiki
Dans le réseau Wicri :

Ceci est la page de référence de « Perche commune »

Faits relatifs à Perche commune — Recherche de pages similaires avec +.Voir comme RDF
A pour nom binominalPerca fluviatilis
A pour ordre (biologie)Perciformes  +
Outils personnels
Autres langues