La presse en ligne

De TP INTD.

Texte alternatif

Sommaire

Équipe

  • Marie-Pierre Clédat
  • Isabelle Mouroux
  • Diane Robert


Livrable 1

Vous trouverez ici la version .pdf du premier livrable.

Média:Version_intégrale_du_livrable_1.pdf

Présentation du projet

Le paysage de la presse écrite en France est composé d'une grande diversité de titres. Avec l'essor d'internet et du web 2.0, le secteur de la presse s'est trouvé bouleversé. Les pratiques éditoriales sont à présent modifiées, donnant naissance à des modèles hybrides complexes.
En effet, les nouveaux supports numériques permettent aux lecteurs de participer aux processus de création des informations. Les lecteurs deviennent des collaborateurs de l'information. Aussi, est-il devenu primordial, pour le secteur de la presse, de faire un état des lieux de la situation de la presse en France. Les genres éditoriaux évoluent, les métiers évoluent, les modèles économiques évoluent. A l'ère du cross-média, quel avenir est réservé à la presse écrite ? Va-t-elle disparaître ? Ou va-t-elle devenir une presse en ligne, en collaboration avec les médias sociaux ?

Code NAF

La presse papier, intitulée "édition de journaux", est référencée, dans l'INSEE, sous le code NAF suivant :

  • J Information et communication
    • 58 Édition
      • 58.1 Édition de livres et périodiques et autres activités d'édition
        • 58.13 Édition de journaux

Problématique et enjeux

"La presse à l'ère du numérique, état des lieux d'une presse en mutation."

Comment se comporte la presse à l'ère du numérique ? L'essor de la presse en ligne est-il la cause du déclin de la presse imprimée? Ou à l'inverse, la presse en ligne existe-t-elle pour répondre à un besoin auquel la presse imprimée ne répond plus, la société et les individus ayant évolué ?

La presse en ligne est-elle alors une concurrence ou une opportunité pour la presse écrite?

Méthodologie

Choix des sources

Nous nous sommes intéressées à différents points de vue. Les sites institutionnels et les associations de professionnels ont fourni les informations officielles, les aspects législatifs et les actualités du secteur.

Les revues et les newsletters ont fourni des informations de fond comme des mémoires, des thèses, qui ont été des points de départ à d’autres réflexions.

Les acteurs, les observateurs et les experts sont les principaux concernés. Leurs interrogations sur l’avenir apparaissent tout au long des articles que nous avons pu consulter et dessinent la mutation de leur métier. Cet aspect est également visible dans les blogs, dont certains sont écrits par des journalistes (comme Claude Soula du Nouvel Observateur), d’autres par des “amateurs” qui donnent donc une vision plus distanciée de certains problèmes.

Certains experts profitent des réseaux sociaux, comme Twitter, Facebook ou Linkedin pour diffuser plus largement leurs analyses. C’est de l’information très réactive, très “fraîche”.

Les salons, les manifestations et les colloques nous ont permis de prendre connaissance des débats, des produits, des innovations de ce secteur.

Par les sites des syndicats, nous avons eu accès aux revendications des journalistes, aux débats économiques provoqués par les évolutions de ce domaine.

Les écoles de journalistes nous ont donné une vision de la formation dispensée aux professionnels, ce qu’est cette profession, ce qu’elle devient, son avenir, que ce soit dans le monde de la presse papier ou numérique.

Pour finir, la sérendipité a eu également un rôle majeur. Par elle, nous avons eu accès à beaucoup d’articles sur les médias eux-mêmes, révélant leur inquiétude récurrente quant à leur avenir.


Vous pouvez consulter ci-après le tableau des sources  : Média:Tableau de sources.pdf


Choix des mots-clés

légende


Nous avons commencé en créant une mind map de mots clés pour mieux visionner les principaux concepts et les relations entre les termes. Ces mots-clés étaient pour la plupart issus de notre analyse personnelle du sujet et issus de la sérendipité. C’est en explorant des sites, blogs, des outils de datavisualisation...que de nouveaux mots-clés ont émergé.

A partir de là, nous avons déterminé un certain nombre de mots clés. Certains nous ont semblé pertinents au regard de notre problématique (presse papier, presse ligne, mutation métier journaliste, presse numérique). D’autres se sont avérés moins pertinents, car générateurs de bruit. Par exemple, le mot “presse”, seul, ne renvoie pas à une réflexion sur la presse mais à des articles de presse sur tel ou tel sujet. Tout au long du travail, cette difficulté a été présente et nous a obligées à un “bricolage” permanent.

Celui-ci a été particulièrement nécessaire et compliqué lorsqu’on a voulu tester les outils par ces mots clés.

Choix des outils

La liste des outils a été très diversifiée, mais tous les outils n’ont pas eu le même degré de pertinence et de satisfaction par rapport à notre problématique.

  • Les bases de données pour la recherche d’informations:
    • Générateur de recherche : Google, Exalead, Duckduckgo
      • Google a été une source riche d’informations diverses et générales. Exalead et Duckduckgo ont été testés, mais les informations fournies étaient redondantes par rapport à Google.
    • Bases de données: Europresse, Factiva
      • La difficulté d’interrogation de ces bases a été liée au problème des mots-clés, qui fournissaient simplement des articles de presse et non pas une analyse du secteur de la presse.
    • Google Custom Search : nous avons créé un moteur de recherche spécialisé sur la veille, à partir des sources que nous avions identifiées. Des recherches générales “à la google” pouvaient être effectuées, en limitant le bruit grâce à cette sélection préalable de sources.
  • Outils pour construire des flux
    • Googles Alerts, Google news
    • Yahoopipes
    • Feedly (insatisfaisant aussi à cause de la difficulté de trouver des mots-clés pertinents)

De nouveau des problèmes de mots clés ont empêché la création de flux pertinents rendant l’utilisation des outils insatisfaisante pour notre sujet.

  • Agrégateurs
    • Qwant : ce moteur de recherche a le net avantage de visualiser sur une page trois aspects d’un même sujet (web, actualités, social), fournissant une vision d’ensemble.
    • Netvibes : cet outil a été notre agrégateur pour récupérer les flux RSS que nous avions créés ou récupérés via nos sources.
    • Outils de curation (Scoop it, Pearltrees) : Scoop it et Pearltrees ont été très pertinents grâce à la possibilité qu’ils offrent de générer de nouveaux liens, de nouveaux flux, de nouvelles connaissances.
    • WebsiteWatcher

L’outil a été peu utilisé car les informations sur les sites ne changeaient pas assez souvent pour justifier son emploi. Les outils précédents suffisaient pour surveiller les actualités.

  • Outils d'analyse du web social
    • RSS Bridge
    • Topsy

Ces outils ont mis en évidence des comptes Twitter appartenant à des experts ou amateurs éclairés, comme le professeur Patrick Eveno, spécialiste des médias.

  • Outils de partage
    • Diigo a été utilisé comme outil de stockage, de façon ponctuelle, pour partager des articles importants, surtout dans la première phase de découverte du sujet.
    • Google drive a été notre principal outil de travail collaboratif et de stockage de nos documents.

Résultats

1.Analyse sectorielle

L'analyse sectorielle a pour objectif de faire un état des lieux du secteur de la presse écrite. Elle se base sur l'aspect économique du secteur de l'édition de journaux. Les chiffres de l'Insee concernent exclusivement la presse imprimée. Dans cette analyse, la presse en ligne intervient comme un substitut de la presse traditionnelle, ce qu'illustre le schéma de Porter. Cela pose la question de la responsabilité de la presse en ligne dans le déclin de la presse imprimée. La veille et l'étude de l'actualité du secteur nous ont permis d'approfondir ces questions et d'analyser la nature du passage de la presse imprimée à la presse en ligne.

2.Veille

La veille a fait émerger les enjeux de l'arrivée du numérique dans le secteur la presse papier.

Le secteur de la presse papier a connu de profondes mutations avec l'émergence des NTIC :

  • arrivée des téléphones "intelligents"
  • explosion des sites et des blogs d'informations
  • collaboration des internautes dans le processus de création d'information.
  • explosion de l'utilisation des outils de partage: réseaux, tags, folksonomie.

Non seulement la presse papier doit faire face à ces mutations, mais elle doit également subir, sur le web, la concurrence des médias sociaux. Ceux-ci deviennent en effet les nouveaux outils d'information des internautes.

Conclusion

Les SWOT

La presse papier

Texte alternatif


La presse en ligne

Texte alternatif


Ouverture

La presse papier a survécu à la concurrence de la radio, de la télévision. Mais avec l’arrivée d’internet, les bouleversements sont plus profonds. Internet a modifié la société, son mode de vie et ses pratiques. La presse papier a subi de plein fouet cette révolution et a dû s’adapter pour sa survie. Ainsi, cette étude sur la presse a mis en évidence cette question : la presse numérique est-elle une menace ou une opportunité pour la presse papier ? Face à la puissance de cette déferlante numérique, la presse papier, pendant longtemps, n’a pas su s’adapter. Elle n’a pas mesuré l’importance de cette mutation qui s’est avérée ne pas être simplement un changement de support mais une véritable transformation socio-culturelle. Le Web 2.0 a en effet été le facteur qui a remis en cause le statut du journaliste “traditionnel”. Avec l’émergence des réseaux sociaux notamment (blogs, twitter), chaque citoyen peut produire de l’information. Mais en devient-il pour autant un journaliste ? Par ailleurs, avec internet, l’information s’est trouvée accrue considérablement. Internet est devenu une immense banque de données à exploiter. De là est née une nouvelle forme de journalisme, appelée le data-journalisme, qui est une démarche utilisant les données comme principal matériau d’enquête. Il ne s’agit plus d’interroger les individus comme le font quotidiennement les journalistes, mais d’interroger uniquement les données. Cette nouvelle forme de journalisme réduit les frontières entre divers métiers jusqu’ici bien distincts (journalistes, analystes, documentalistes, etc.). Aujourd’hui, les compétences se rassemblent, les métiers évoluent et il est nécessaire que les secteurs concernés en prennent conscience.

Annexe

Texte alternatif


Voici la dernière parution de la Revue XXI, publiée chaque trimestre. L'accent est porté sur la qualité du contenu, mais aussi sur la forme et le visuel, comme l'illustre cette couverture. Pour résister au déclin de la presse imprimée et à la migration vers le numérique, la Revue XXI a opté pour une nouvelle politique éditoriale. Le contenu est plus étayé, d'actualité mais aussi d'analyse de fond, de reportages photos, de la bande-dessinée, etc.

Débat

Notre page Débat


Vous pouvez consulter le livrable d'analyse de débat, dans le lien ci-dessous

Média:livrable 2 - Analyse de débat-la presse.pdf

Outils personnels