Aussois

De Wicri France.

Accueil > Index thématique > Accès géographique > Europe > France > Auvergne-Rhône-Alpes > Rhône-Alpes > Savoie > Aussois
Les actualités Wicri Vous avez dit insolite...
L'expérimentation sur la visibilité de Centre Paul Langevin a donné lieu à la publication d'un article (dans la rubrique « insolite ») du bulletin du CAES du CNRS.
Pour accéder à cet article

45° 13′ 38″ N 6° 44′ 32″ E / 45.227167, 6.742333

Aussois
Image illustrative de l'article Aussois
Administration
Pays France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Démographie
Population 646 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 38″ Nord
       6° 44′ 32″ Est
/ 45.227167, 6.742333
Altitudes mini. 1120 m — maxi. 3600 m
Superficie 41.94  km2
France location map-Regions.svg
Aussois
Aussois

Aussois est une commune française située dans le département de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes[1].

Elle jouit d'une bonne visibilité internationale dans le monde de la recherche par la présence du Centre Paul Langevin qui accueille de nombreux colloques.

Sommaire

Éléments géographiques

Le village d'Aussois est situé sur un plateau aux portes du Parc national de la Vanoise en Maurienne, dans le département de la Savoie.

Communes limitrophes de Aussois
Pralognan-la-Vanoise Termignon
Villarodin-Bourget Aussois Sollières-Sardières
Avrieux Bramans

La commune d'Aussois est bordée au Nord par un ensemble de sommets. La pointe de l'Observatoire (3015 m), la tête d'Aussois (3127 m), la Pointe Chevière (3057 m) la Pointe de Labby (3521 m) définissent une frontière avec la commune de Pralognan-la-Vanoise. Le Col d'Aussois (2916 m) offre un passage vers Pralognan. Le Dent Parrachée culmine à 3697 m, mais son sommet proprement dit est sur la commune de Termignon.

La barrière de sommets au nord d'Aussois

Elle descend au Sud au delà de l'Arc.

Repères historiques

Le fort Victor-Emmanuel

Près du village, le parc archéologique des Lozes témoigne par ses gravures sur roche (plusieurs centaines de signes) d'une occupation depuis au moins 1000 ans av. J.-C., et jusqu'au Moyen Âge[2].

Dans son Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie[3], Adolphe Gros soutient l'hypothèse de l'identification d'Aussois avec Ocelum dans les commentaires de César.

A partir du XIe siècle, Aussois fait partie du Comté de Maurienne.

En 1416, l'empereur Sigismond Ier crée le Duché de Savoie dont Aussois fait naturellement partie.

A partir de 1792, suite aux actions de la Révolution française, puis de Napoléon, Aussois est rattachée au département du Mont-Blanc.

Après la chute de Napoléon, au congrès de Vienne (1815) la France doit renoncer à la Savoie. La Maurienne est donc réintégrée au royaume de Piémont-Sardaigne. La commune bénéficie alors (1819-1834) de la construction des forts de l'Esseillon (ou barrière de l'Esseillon), destinés à se protéger d'une attaque française.

En 1860, le traité de Turin marque le rattachement de la Savoie à la France.

La recherche à Aussois

Ce tableau de Albert Anker illustre une activité à caractère pédagogique sur une page Section à finalité pédagogique
Après une première partie qui s'appuie sur les pratiques éditoriales et techniques de Wikipédia, cette section ouvre de nouvelles pistes sur un plan pédagogique.

Le premier paragraphe introduit un ancrage dans la recherche. On y remarquera un lien sémantique sur Paul Langevin.

La partie la plus consistante montre diverses facettes de l'utilisation de corpus (ISTEX) dans une stratégie éditoriale.

Le centre Paul Langevin

Le Centre Paul Langevin à Aussois

Aussois est une localité dont l'activité repose majoritairement sur le tourisme. Le CNRS, et plus précisément son comité d'action sociale (CAES) y a installé un village de vacances. Dénommé Centre Paul Langevin, en hommage à un grand physicien français, cet espace accueille de nombreux colloques en dehors des périodes de vacances scolaires.

La capacité d'accueil est la suivante[4] :

  • salle de conférence : 196 places (ce qui correspond à la capacité hôtelière)
  • 3 salles pour des ateliers (15 à 50 personnes),
  • 1 mezzanine (200 m2) pour posters ou petite exposition,

Serveur d'exploration sur Aussois

Théorème de Pythagore Démontration ISTEX
Cette partie introduit un serveur d'exploration sur 1706 articles issus d'ISTEX faisant référence à Aussois.

Pour une visite commentée, voir la page Démonstration ISTEX/Wicri sur la visibilité internationale d'Aussois[5].

Attention, il suffit qu'un document contienne "Aussois", n'importe où dans le texte, pour qu'il soit sélectionné. En l’occurrence, une analyse sommaire montre qu'une une vingtaine de documents ont un rapport effectif avec Aussois (et sa région). Les 1700 autres sont des références de publications ayant été présentées à Aussois, ou en très grande majorité, des articles contenant, dans la bibliographie, une référence à un colloque, ayant eu lieu à Aussois.

La boîte ci dessous donne accès au serveur d'exploration proprement dit et aux serveurs intermédiaires de curation. Ces serveurs sont plutôt destinés aux professionnels ou aux utilisateurs ayant un minimum de formation à l'exploration des connaissances.

Sur le site Ticri

DilibExplorGabarit1.png

ExplorGabarit1Arrow.png

Pour aller sur le flux ISTEX

Pour aller sur l'étape de reformatage du corpus

Pour aller sur l'étape de curation

Pour aller sur l'étape d'exploration globale

Le corpus contient 1706 documents ISTEX.

Le serveur propose différents mécanismes d'exploration comme la liste par ordre de fréquence décroissante des organismes dont un membre cite un colloque ayant eu lieu à Aussois.

Zoom France

DilibExplorGabarit1.png

ExplorGabarit1Arrow.png

Pour aller sur la page d'accueil du Zoom

Pour aller sur la page d'accueil du Zoom

Pour aller sur l'étape de curation

Pour aller sur l'étape d'exploration globale

Ce flux donne accès à une bibliographie contenant 399 références ayant au moins un auteur avec une affiliation française.

Navigation iconographique sur le site LorExplor

logo import Wikipedia portage en cours sur le site LorExplor

DilibExplorGabarit1.png

ExplorGabarit1Arrow.png

Pour aller sur le flux ISTEX

Pour aller sur l'étape de reformatage du corpus

Pour aller sur l'étape de curation

Pour aller sur l'étape d'exploration globale

Le corpus contient 1706 documents ISTEX.

Le serveur propose différents mécanismes d'exploration comme la liste par ordre de fréquence décroissante des organismes dont un membre cite un colloque ayant eu lieu à Aussois.

Zoom France

DilibExplorGabarit1.png

ExplorGabarit1Arrow.png

Pour aller sur la page d'accueil du Zoom

Pour aller sur la page d'accueil du Zoom

Pour aller sur l'étape de curation

Pour aller sur l'étape d'exploration globale

Ce flux donne accès à une bibliographie contenant 399 références ayant au moins un auteur avec une affiliation française.

La suite de cette page a été élaborée à partir d'exploration dans ces serveurs.

Les communautés scientifiques et Aussois

Quelle est la répartition géographique des participants aux colloques d'Aussois ?

Nous avons émis l'hypothèse d'une corrélation entre la répartition géographique des auteurs qui citent un colloque à Aussois, et celle des auteurs eux-mêmes. Pour la France, la forte présence de la région Rhône-Alpes conforte cette hypothèse. Voici par exemple une projection géographique sur la France des auteurs qui citent un colloque ayant eu lieu à Aussois[6]. Sur cette carte, en cliquant sur les cercles, vous accédez à la bibliographie de la région ou du pays dans le serveur. En cliquant sur les toponymes, vous accédez à la page correspondante sur Wicri/France.

 

La carte ci dessous donne le même résultat en Europe[7]

Enfin, voici une projection au niveau mondial.

Voici enfin d'autres projections géographiques avec d'autres paramétrages.

 

Un article de la revue du CAES

Ces cartes ont été utilisées par le CAES du CNRS pour publier, dans le bulletin de liaison, un article sur la visibilité du Centre Paul Langevin.

AussoisArticleCaes 1.png

 

AussoisArticleCaes 2.png

 

Cet article est visible sur le site du CAES :

Pour y accéder

AussoisArticleCaes 3.png

Quelles sont les communautés scientifiques actives au centre Paul Langevin ?

Pendant la pause, entre 2 sessions, vue sur le Signal du Petit Mont-Cenis à 3163 m

L'analyse du serveur d'exploration donne quelques pistes, notamment à travers les titres de revues (plus précisément via les ISSN) dans lesquelles un article fait référence à un colloque Aussois. On trouve notamment des références en :

  • Physique :
    • Nuclear Physics, Section A (0375-9474 - 51 références) ;
    • Nuclear Inst. and Methods in Physics Research, A (0168-9002 - 35 références)
    • Physics Letters B (0370-2693 - 28 références)
    • Solid State Communications (0038-1098 - 27 références)
    • Nuclear Inst. and Methods in Physics Research, B (0168-583X - 26 références)
    • Physica A: Statistical Mechanics and its Applications (0378-4371 - 24 références)
    • Physikalische Blätter (0031-9279 - 23 références)
    • Lecture Notes in Physics (0031-9279 - 22 références)
    • Physics Letters A (0375-9601 - 17 références)
  • Sciences et Génie de l'Environnement :
    • Remote Sensing of Environment (0034-4257 - 36 références)
    • Journal of Photochemistry & Photobiology, B: Biology (1011-1344 - 29 références) ;
    • Biochimie (0300-9084 - 23 références)
    • BioEssays (0265-9247 - 22 références)
    • Trends in Biochemical Sciences (0968-0004 - 14 références)
  • Informatique :
  • Sciences de la Terre (et cristallographie) :
  • Sciences de l'ingénieur et mesures :
    • Electrochimica Acta (0013-4686 - 28 références)
    • Optics Communications (0030-4018 - 18 références)
    • Ultramicroscopy (0304-3991 - 16 références)
    • Nachrichten aus Chemie, Technik und Laboratorium (0341-5163 - 14 références)
    • Materials Science & Engineering A (0921-5093 - 14 références)

Les colloques à Aussois

Les conférences Sagamore

Du chalet Sagamore au centre Paul Langevin...

La Camp Sagamore
Le centre Paul Langevin

Le nom Sagamore identifie une série de conférences sur la thématique « Charge, Spin and Momentum Densities » (CSMD) et dont la première manifestation a eu lieu en 1964 au bord du lac Sagamore dans l'Etat de New-York. Elle a donné lieu à une deuxième occurrence en 1967 où la présence de plus en plus importante de participants européen a conduit les organisateurs à envisager une édition européenne.

Le centre de conférences d'Aussois a été choisi par Felix Bertaut pour cette première externalisation (Sagamore III (1970) Aussois ).

Les conférences les plus anciennes

Quelles sont les citations les plus anciennes de colloque à Aussois ?

Nous avons ici utilisé un outil assez rustique (SxmlFindText) qui permet d'extraire dans le corpus de texte des contextes contenant une date. Ce tableau donne les plus vielles références de colloques ainsi repérées.

Date colloque Article citant Commentaire
1968 ? LYCEN Elastic and inelastic4He-scattering on208Pb,232Th and234, 236, 238U (P. David et al. Zeitschrift für Physik A Atoms and Nuclei  ; 1976.) La citation :
Raynal, J.: Report LYCEN, No. 6804, Aussois 1968
1969 (février) European Association for Experimental Social Psychology Colloquium Some models of balance applied to children's perceptions of international relations, (Nicholas B. Johnson European Journal of Social Psychology ; 1972-01.) En fait, il s'agit d'une auto-citation qui fait allusion à un colloque de 1969
A version of this paper was presented to the European Association for Experimental Social Psychology Colloquium, held in Aussois , France, in February 1969.
1970 (9-12 September 1970), Density of Electron Charge and Spin Ce colloque est annoncé dans 2 articles de la revue Physik in unserer Zeit Tagungskalender et Das Experiment

Il est cité dans Ninth General Assembly and International Congress of Crystallography de 1973

Enfin il est également évoqué dans l'oraison funèbre de Richard J. Weiss (1923–2008) en 2009 dans la revue Journal of Applied Crystallography.

Il s'agit en fait de la troisième édition d'une série de conférences internationales surnommées Sagamore.

Les conférences ayant eu le plus grand impact scientifique

La plateforme DILIB ne contient pas encore de module permettant de traiter ce type de problème de façon immédiate. En revanche, par des mécanismes de sérendipité, nous avons obtenu des résultats partiels mais intéressants. En effet, en analysant la forte implication du Brésil, nous avons repéré plusieurs articles citant Jean-Jacques Aly.

Des opérations de filtrage sur cet auteur nous ont permis de repérer environ 45 citations (sur 1700 articles), dont 20 citations pour les 30 articles du Brésil. Cette publication est :

  • Minimum energy = maximum entropy states of a self-gravitating system, in:N-body problems and gravitational dynamics : proceedings of a meeting held at Centre Paul Langevin-CNRS, Aussois, Haute Maurienne, France, 21-25 Mars 1993 / edited by F. Combes and E. Athanassoula

Malheureusement cet article, édité par le CNRS, n'est pas dans ISTEX !

L'OTAN à Aussois

Là encore, en l'attente d'une fonction d'indexation, la découverte de la présence de l'OTAN relève encore d'un mécanisme de sérendipité.

Dans les titres le terme « nato » apparaît 6 fois

  • NATO Conference on Materials for Advanced Batteries, 9 - 14 Sep 1979, Aussois, France
  • NATO Advanced Research Workshop on Genetics of Translation--New Approaches (1987 : Aussois, France)
  • Photoprocesses in Transition Metal Complexes, Biosystems and Other Molecules, a NATO Advanced Study InstituteAussois, France, September 1-13, 1991

Quelques éléments bibliographiques sur les travaux concernant Aussois en Maurienne

Ce paragraphe a été élaboré à partir du même outil que précédemment mais avec un paramétrage utilisant une liste de termes pouvant identifier la Maurienne.

La datation des charbons de bois enfouis dans les sols est un indicateur de la pédogenèse. L’hypothèse de la stratification des sols par la datation au Carbone 14 par AMS de charbon de bois d’Abies provenant de sols entre 1 700 et 1 900 m d’altitude dans les Alpes est testée. Les charbons ont une taille d’environ 1 mm. L’absence de relation entre l’âge et la profondeur d’enfouissement des particules de charbon de taille millimétrique est mise en évidence. Les résultats sont discutés à la lumière de nos connaissances sur le rôle de la pédofaune, des déracinements et des processus colluvionnaires. Bien que les pédoturbations d’origine biotique soient rarement décrites aux altitudes montagnardes et subalpines, l’hypothèse selon laquelle ces processus sont très actifs et jouent un rôle majeur dans le fonctionnement des sols est formulée.


Ce tableau de Albert Anker illustre une activité à caractère pédagogique sur une page Pour aller plus loin
Le serveur décrit sur cette page est relativement simple.

Pour mieux appréhender les possibilités offertes par cette approche, le wiki H2PTM donne un exemple plus complet, le serveur d'exploration hypertexte et hypermédia.

Voir aussi

Notes
  1. Les informations factuelles courantes de cette page et des éléments de mise en page comme l'infobox (légèrement modifiée) la rose des vents, sont extraites de Wikipédia
  2. Ce paragraphe contient des extraits du paragraphe correspondant sur Wikipédia
  3. https://books.google.fr/books?id=JV-hg4Ul-iEC&pg=PA39&lpg=PA39#v=onepage&q&f=false
  4. Voir http://www.caes.cnrs.fr/vacances/nos-villages/centre-paul-langevin/colloque-a-aussois
  5. Ce serveur est utilisé dans des exemples d'utilisation de la bibliothèque Dilib. Pour les aspects techniques voir la page de discussion.
  6. Cette carte est produite de façon automatique à partir du serveur d'explorations.
  7. Cette carte est filtrée : les pays n'ayant qu'une publication ont été éliminés.
Archives associées à ce wiki

Pour accéder aux anciennes versions du serveur d'exploration:

Dans le réseau Wicri :

Ceci est la page de référence de « Aussois »

Ce village est introduit sur Wicri/Source et Wicri/Wicri.

Il est cité sur Wicri/Eau, Wicri/Bois (et forêts) et sur Wicri/Terre.

Liens externes

Outils personnels