Exposition de la BUL - Fascination ou aversion pour le numérique : encodage/décodage

De Wicri Lorraine.

Affiche de l'exposition Fascination ou aversion pour le numérique : encodage/décodage

Sommaire

Documents numériques et Cognition - Avril 2011

Suite aux journées de février 2011 "Fascination ou aversion pour le numérique : encodage/décodage" - Mercredi 6 avril 2011 de 14h30 à 16h30

Paul Gradvohl (responsable du Master LCE, équipe d'accueil CERCLE et Département de Polonais et de Tchèque) et Maxime Amblard (Responsable du Master Sciences Cognitives - UFR de Mathématiques et Informatique) en collaboration avec le Service commun de documentation de Nancy 2 mettent en oeuvre une 4ème demi-journée qui portera sur Documents numériques et Cognition.

Intervenants :

  • David Reymond, MCF SIC du laboratoire MICA (Médiation Information Communication Arts). Université Bordeaux 3
  • Vincent Liquete, MCF ScEduc du laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système), équipe CIH. Université Bordeaux 1 (en visioconférence depuis Bordeaux)
  • Benoit Le Blanc, MCF Info du laboratoire IMS, équipe CIH. Université de Bordeaux 1


"Documents numériques et Cognition"

À travers le document numérique, son omniprésence, ses formes plurielles, et surtout les usages qui en sont fait, nous illustrerons quelques points relatifs à la cognition humaine. La capacité humaine à organiser, ranger mentalement les objets trouve-t-elle un écho dans les manipulations rendues possibles par le numérique ? L’expression du contenu d’un site web est-elle présente sur sa page d’accueil ? Chacun navigue-t-il de la même façon dans un hypertexte ? La diversité des supports nous éclaire-t-elle sur des invariants d’usage ? L’observation des pratiques nous guide-t-elle sur les formes à adopter ? Peut-on identifer des démarches et des compétences transversales entre diverses formes médiatiques de l'information? Ces quelques questions serviront de fil conducteur à une synthèse de travaux et de perspectives sur les relations qu’entretiennent consommateurs et producteurs de documents numériques et d'offres médiatiques. Ci-joint le lien du compte rendu des journées des 23 et 24 février 2011 : "Fascination ou aversion pour le numérique : encodage/décodage" http://ticri.inpl-nancy.fr/wicri-lor.fr/index.php/Exposition_de_la_BUL_-_Fascination_ou_aversion_pour_le_num%C3%A9rique_:_encodage/d%C3%A9codage#Programme

Lieux des débats : SCD Nancy 2 - Bibliothèque Universitaire de Gestion - 1er étage Visioconférence - Salle 309 Pôle Lorrain de Gestion 13, rue Michel Ney - Nancy

Fascination ou aversion pour le numérique : encodage/décodage - Février 2011

Paul Gradvohl (CERCLE et Département de Polonais et de Tchèque - UFR LCE) et Maxime Amblard (Responsable du Master Sciences Cognitives - UFR de Mathématiques et Informatique) en collaboration avec le service commun de documentation de Nancy 2 mettent en oeuvre une manifestation culturelle intitulée Fascination ou aversion pour le numérique : encodage/décodage ayant lieu du 14 février 2011 au 4 mars 2011 à la salle d'exposition de la Bibliothèque universitaire de lettres.

Programme

Antoine Falcone QR Code RISC
  • 23 février - Matin
    • Présentation par Maxime Amblard, Frédérique Péguiron et Paul Gradvohl de la journée et de l'exposition
    • Présentation par Frédérique Péguiron et Paul Gradvohl de parcours cognitifs thématiques :
      • Logiques croisées des codages documentaires (Frédérique Péguiron)
      • La pertinence de l'espace national pour la réflexion historique, enjeux scientifiques et pédagogiques (Paul Gradvohl)
    • Questions et présentations de divers autres aspects de l'exposition
    • table-ronde avec Maxime Amblard, Michel Durampart, Paul Gradvohl, Frédérique Péguiron et Luc Quoniam sur les enjeux des pratiques d'encodages et de décodages pour l'université
  • 23 février - Après-midi
    • conférence-débat organisée avec l'Institut des sciences de la communication du CNRS : Luc Quoniam Ingemedia, Paragraphe Paris 8 et Michel Durampart UFR Ingemedia, laboratoire I3M, chargé de mission ISCC sur le thème Les outils interactif - navigation dans l'hyper information avec démonstration à l'appui : WIKI mind-map (600 millions de cartes heuristiques possibles en 52 langues, mesure de la différence entre stratégie en réseau et concrétisation par une communication sur sites web (analyse du réseau d'interconnexion d'une communauté de sites web en cartes interactives 5D)
    • Clôture du débat par Christine Balliet, directrice du service commun de documentation Nancy 2.
  • 24 février - Matin
    • Écrire dans un réseau d'hypertextes sémantiques, présentation de WICRI par Jacques Ducloy et Thierry Daunois
    • Les outils technologiques au service des NTIC présentés par Loïc Claude. Présentation de visualiseurs et de tablettes interactives. NUTICE : Prototype Unity 3D [1]

Résumé du 23 février au matin

Frédérique Péguiron a inauguré ces journées avec Logiques croisées des codages documentaires (23 février) : la présentation [2] abordait dans un premier temps les enjeux des politiques documentaires qui s’inscrivent dans un contexte pluriel. L’objet de la présentation était aussi de mettre en exergue les difficultés que l’on peut rencontrer dans une gestion de projet en lien avec la numérisation. Par exemple, le fait de prendre en compte les publics, les utilisateurs en ce qui concerne la mise en valeur des collections numériques. Plusieurs points intéressants furent abordés : la modélisation des objets numériques, les problèmes d’échanges/apports entre les entrepôts numériques, les difficultés pour évaluer les collections numérisées, les potentialités du web social, du système Wiki afin de fédérer les chercheurs ou bien encore les nouvelles perspectives offertes par la récente utilisation des QR Code.

Paul Gradvohl, La pertinence de l'espace national pour la réflexion historique (23 février) : cet exposé permettait de comprendre en détail comment la réflexion d’un doctorant élabore un processus cognitif par étape lors de ses avancées au niveau de ses recherches que l’on peut représenter d’un point de vue visuel au travers de cartes heuristiques. Ainsi, Paul Gradvohl a utilisé les travaux d’un de ses étudiants actuellement en train de rédiger une thèse aux USA.

Table-ronde avec Maxime Amblard, Michel Durampart, Paul Gradvohl, Frédérique Péguiron et Luc Quoniam (23 février) : ce moment d’échanges a notamment permis d’évoquer la question des pratiques d’encodages et de décodages pour le milieu universitaire. Des questions générales venaient ponctuer le débat et permettaient de l’orienter vers un cheminement intéressant : comment évaluer l’objet à numériser ? Quel rapport à la mémoire doit-on entretenir dans cette optique ? Doit-on aborder la question de la propriété intellectuelle comme un frein ? Avec la numérisation, finalement, quel type de fracture, de rupture, d’enrichissement doit-on viser ?


Posters réalisés par les étudiants Master I sciences cognitives sous la conduite de Maxime Amblard

Master I (D)Encode moi Master I Si on pouvait le faire Master I Comprendre/Utiliser ce que l'on est Master I Deux exemples en action

Résumé du 23 février après-midi

Conférence-débat avec Luc Quoniam et Michel Durampart, Les outils interactif - navigation dans l'hyper information : ce fut l’occasion, pour nos deux intervenants de l'Institut des sciences de la communication du CNRS, de présenter des outils et des réflexions au potentiel certain : l’adaptation d’un WIKI mind-map permettant de générer des cartes heuristiques dans 52 langues et l’analyse détaillée d’une étude permettant de mesurer les interconnexions entre plusieurs sites web d’entreprises financées. Ce dernier point était représenté sur une carte interactive 5D. http://quoniam.info/wiki1/.

Résumé du 24 février au matin

« Écrire dans un réseau d'hypertextes sémantiques », présentation du WICRI par Jacques Ducloy (24 février) : cette présentation revenait brièvement sur les potentialités du web 2.0, de la notion d’espace collaboratif. Il s’agissait de comprendre l’évolution de l’écriture collaborative dans les réseaux hypertextes en présentant plusieurs exemples : Word, Facebook, Wikipédia et finalement le WICRI. La technologie WIKI fut donc présentée en détail afin de montrer de quelle manière elle peut être utilisée pour valoriser la recherche universitaire et ouvrir de nouvelles perspectives dans un milieu documentaire ou universitaire.

Enfin Loïc Claude, partenaire UGAP, nous a présenté les technologies de demain au potentiel pédagogique certain avec "Les outils technologiques au service des NTIC". Ainsi nous avons notamment pu nous étonner de nombreuses technologies, récemment sorties ou à sortir : à retenir tout particulièrement le tableau interactif, dispositif par lequel un simple tableau blanc peut devenir un contrôleur informatique, ludique et facile d'utilisation ; nous avons ainsi pu nous rendre compte du formidable potentiel éducatif de ce type de technologies.

Cette présentation clôture très bien la première partie de l’exposition dans le sens où elle permet finalement de comprendre que, même avec du recul, les technologies actuelles ou de demain peuvent nous fasciner et/ou provoquer en nous un sentiment d’aversion.

  • Une suite des réflexions entamées ici est prévue le 6 avril 2011 au Pôle lorrain de gestion.

En lien avec l'exposition

Avant première Fascination ou aversion pour le numérique : encodage/décodage

Bibliographie

  • Colorie comme tu veux, dessine et écris ce que tu veux / Claude Closky [3]
  • La bosse des maths : quinze ans après / Stanislas Dehaene [4]
  • Sur le livre d'artiste : articles et écrits de circonstance, 1981-2005 / Anne Mœglin-Delcroix [5]

L'exposition en pratique

Outils personnels