Exposition de la BUL 2012 - Angélique Bègue

De Wicri Lorraine.

Programmation 2011 - 2012
Janvier Angélique Bègue
Janvier/Février UFR LCE - département italien
Janvier/Février Court Surpattes
Février Jaewoo Park
Mars Jindrich Bilek
Avril Françoise Buisson et Alain Meignien
Mai Marie-Pierre Gantzer

Angélique Bègue nous présente ses peintures au travers de l'exposition Un envol... de vie ayant lieu du lundi 9 janvier 2012 au lundi 30 janvier 2012 à la salle d'exposition de la Bibliothèque universitaire de lettres.

Janvier 2012 : Un envol... de vie

Affiche de l'exposition Un envol... de vie
Peinture d'Angélique Bègue

Une conférence aura lieu le mercredi 18 janvier 2012 et débutera à 18h30. Elle sera suivie d'un débat avec la salle à partir de 19h30. La soirée se terminera par une séance de dédicace de l'artiste plasticienne et d'un vernissage vers 20h00.

Les thèmes abordés pendant la conférence seront :

  • la présentation de l'exposition et du livre Abusée par mon psy
  • le transfert et le contre-transfert
  • l'éthique dans la pratique de la psychologie clinique
  • le corporel dans l'art d’Angélique Bègue
  • la démarche artistique et le lien avec l'histoire de l’art.

Angélique Bègue (née le 23 décembre 1970, Lorraine, France) est une artiste plasticienne. Elle touche par son art, sa peinture, son écriture, les relations délicates et souvent emmêlées qui lient religiosité, société et sexualité. Cela se confirme avec le temps et son expérience de la vie, et à chaque étape un peu importante de son cheminement… Chemin audacieux qui transgresse les limites établies et les tabous ancrés dans le psychisme humain. L’originalité de cette artiste réside en ce va-et-vient entre le symbolisme qu’elle exprime dans ses temperas profanes, et la réalité raffinée de ses représentations du corps féminin et des sentiments.

D'après Johannes Peeters "Nous entrons dans l'œuvre d'Angélique dans un espace expressionniste. L’expressionnisme exprime une intériorité et des sentiments. La plupart du temps il s’agit de créer un climat d’incertitude, d’angoisse et un climat d’inquiétude. Ce qui est le cas dans la peinture d’Angélique, mais peut –être que le terme « inquiétude » est trop fort. Je préfère le terme de « incertitude ». Bien sûr en ce qui concerne l’expressionnisme figuratif, on ne peut ne pas penser à Klimt, Schiele, ou les expressionnistes de « Die Brücke » comme Kirchner, ou Muller, mais la facture chez Angélique est beaucoup moins dramatique. Il n’en reste pas moins qu’on est devant un espace « expressionniste », mais qui fera peut-être plus penser à Frida Kahlo, la souffrance manifeste en moins".

De son apprentissage de l’écriture d’icônes byzantines et sa formation somme toute classique aux Beaux-Arts, elle conserve l’intérêt pour le corps et utilise ce nouveau langage pour créer des courts métrages (ou performances) lorsque ses autres pratiques artistiques ne sont plus suffisantes pour son expression. Sans doute l’idée de préserver ce travail sur vidéo ou intervenir devant un public a un lien direct pour l’artiste avec l’angoisse de la mort, la valeur de l’objet et la jouissance des choses qu’elle souhaite immortaliser. L’éphémère de la vie lui fait peur. Rendre ses fantasmes réels, l'artiste peut le faire en créant une œuvre, grâce au travail de la forme. Au spectateur ensuite de jouir de l’œuvre – ou pas – par sa forme, son contenu ou par les deux en même temps.

Julien Green écrivait : « Il n’y a jamais que deux types d’humanité que j’aie vraiment bien compris, c’est le mystique et le débauché, parce que tous deux voient aux extrêmes et cherchent, l’un et l’autre, à sa manière l’absolu. Angélique Bègue réunit en elle ces « deux types d’humanité », toujours en quête d’absolu.

L'artiste vit et travaille à Nancy, en Lorraine.

Conférenciers

Conférenciers Un envol... de vie
  • Michel Jager, psychologue, psychanalyste - chargé de cours en arts plastiques à l'Université Paul Verlaine de Metz : Transfert contre-transfert et expression artistique
  • Johannes Peeters[1], professeur en arts plastiques - département Arts de l’Université Paul Verlaine de Metz : Cohabitations entre espaces et personnages dans la peinture d’Angélique Bègue.
  • Luc Schicharin[2], doctorant en esthétique de l’art - département Arts de l’Université Paul Verlaine de Metz : Angélique Bègue et la représentation du corps violé.
  • Angélique Bègue, artiste plasticienne et auteure : L’écriture de mon 2ème livre, entre douleurs et espoirs

Article en lien

Est républicain Lundi 9 janvier 2012
  • Les rapports sexuels entre psys et patient(e)s, histoire d’une omerta, Jean-François Marmion, in Sciences humaines.[3]

L'exposition en pratique

Notes

  1. Blog de Johannes Peeters, à but pédagogique
  2. Blog de Luc Schicharin, à but pédagogique
  3. Accéder à la présentation de l'article sur le site Sciences Humaines.com.
Outils personnels