Le Palais ducal de Nancy (1852) Lepage, figure

De Wicri Lorraine.

LePalaisDucalLasageFront.png
 
Le
Palais ducal
de Nancy
Illustration et légende
'

Cette page contient une illustration commentée d'un livre écrit par Henri Lepage en 1852 : Le Palais ducal de Nancy.

La réédition numérique est ici particulièrement démonstrative avec la figure qui est devenue cliquable. On notera également, en fin de page, une note permettant d'approfondir des controverses entre l'auteur et François-Antoine Chevrier.

Compte tenu de la nature particulière de ce chapitre, la présentation initiale a été modifiée pour une meilleure compréhension des légendes, dans une approche iconographique[NW 1]

 
Le Palais ducal de Nancy
.
Vers le texte original

Sommaire

Texte original

- 172 ( )-

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg

Église et bâtiments de la collégiale Saint-Georges.
Église et couvent des Cordeliers.
Chapelle Ducale.
Porte principale du Palais, dite La Porterie D'Antoine.
Porche ou Vestibule D'entrée.
Petite porte du Palais, dite Porte Masco.
Échoppes servant de boutiques aux marchands et ouvriers de la Cour.
Galerie Des Cerfs.
Galerie Des Cerfs.
Galerie Des Cerfs.
Salle Neuve.
Salle Neuve.
Salle Neuve.
Tour de l'horloge.
Première Cour ou Grande Cour.
Corps de bâtiment sans destination connue.
Appartements du Duc et des princes
Le Rond
Bâtiment renfermant la salle Saint-Georges, la Chambre des Comptes et du Trésor et les fourrières de l'hôtel
Corps de logis
Petit Bâtiment Sans Destination Connue.
Cour des Viviers.
Corps-de-logis sans destination connue.
Galerie ou passage conduisant du Palais à L’Église Des Cordeliers.
Galerie ou passage conduisant du Palais à L’Église Des Cordeliers.
Galerie de bois conduisant aux douze loges ou latrines.
Les douze loges ou latrines.
Tour du Trésor des Chartes.
Bâtiment dépendant du Trésor des Chartes.
Galerie régnant du côté Nord du parterre.
Orangerie
Remises pour les carosses
Parterre, dit Le Parterre d'en Bas
Fontaine
Rampe du parterre
Rampe du parterre
Rampe du parterre
Parterre d'en Haut.
Parterre d'en Haut.
Parterre d'en Haut.
Kiosque du Jardin du Bastion des Dames.
Bâtiments De La Rue Neuve.
Rue Neuve ou Carrière
Corps-de-garde Du Bastion Des Dames.
Écuries du Palais
- 173 ( )-

LPDN173.png

La planche que nous donnons ici a été gravée par M. Christophe, lithographe, membre de la Société d'Archéologie, d'après celle de Deruet, qui se trouve dans l'ouvrage intitulé : Le Triomphe de Son Altesse Charles IIII. On s'est borné à faire disparaître de cette dernière des accessoires inutiles et des ombres qui empêchent de bien distinguer toutes les parties de l'édifice. Cette planche a déjà été reproduite par M. Thorelle, mais sur de petites dimensions, pour le Nancy, histoire et tableau, de M. G. de Dumast.

J'ai cru devoir joindre au travail de M. Christophe une légende détaillée, dans laquelle j'ai fait entrer celle du plan de 1698, publié par Lionnois dans ses Essais sur les Villes Vieille et Neuve de Nancy, et qui puisse servir comme de table à l'histoire du Palais Ducal. Enfin, j'ai renvoyé, par des chiffres, aux pages de ma notice où se trouvent mentionnées les différentes portions du monument, qui sont marquées d'une lettre sur le plan[NW 2].

A - Église et bâtiments de la collégiale Saint-Georges. (P. 5, 11)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère A
Détruits en 1743. Aujourd'hui les bureaux de la Préfecture et partie de la place dite Petite Carrière.

- 174 ( )-

B - Église et couvent des Cordeliers

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère B

C - Chapelle Ducale

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère C
Vulgairement Appelée Chapelle Ronde[NW 3].

D - Porte Principale du Palais, dite La Porterie D'Antoine

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère D
NCY-Palais ducal porterie.jpg
Achevée en 1512, restaurée en 1848 ; surmontée de la statue du duc Antoine, sculptée par Mansuy Gauvain, brisée en 1792, refaite par Jiorné Viard en 1851.
(P. 7, 30, 31, 32, 33, 157.)

E - Porche ou vestibule d'entrée (P. 35)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère E
Servant de local provisoire au Musée lorrain, avec le vestibule adjacent, à droite. (P. 7.)

F - Petite porte du Palais, dite Porte Masco (P. 34, 131)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère F

F - Petite porte du Palais, dite Porte Masco. (P. 34, 131)

Entrée provisoire du Musée lorrain.

G - Échoppes servant de boutiques aux marchands et ouvriers de la Cour (P. 117)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère G
Aujourd'hui détruites.

H - Galerie Des Cerfs. (P. 16, 28, 29, 39, 40, 41, 48, 86, 57, 58, 64, 76, 80, 81, 84, 89, 108, 112, 150, 151, 155, 160.)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère H
Salle funèbre, lors des enterrements des ducs de Lorraine. (P. 69.)
Bibliothèque publique et salle des réunions de l'Académie, 1750-1763. (P. 145, 146.)
Actuellement grenier à fourrage de la gendarmerie.
Rez-de-chaussée sur la cour. — Anciennement portique couvert. (P. 86, 98.)
Aujourd'hui écuries et sellerie de la gendarmerie.
Rez-de-chaussée sur la rue. — Occupe autrefois par des logements.
En 1698, il renfermait ceux du portier et du concierge et des chambres pour les officiers de l'Hôtel. — Ecuries depuis 1706 (P. 154.) jusqu'en 1827.
Aujourd'hui, magasin de la ville.
La Galerie des Cerfs et celles du rez-de-chaussée sont désignées comme devant être occupées par le Musée lorrain.

- 175 ( )-

I - Salle Neuve (P. 65, 67, 75, 91, 93, 98, 99, 103, 135)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère I
Salle d'Honneur dans la Pompe funèbre. (P. 69, 84.)
Salle des Comédies ou des Comédiens de la cour en 1683. (P. 124, 126.)
Appartement des princes et des princesses en 1715. (P. 134.)
Aujourd'hui, logement des officiers de la gendarmerie.
Rez-de-chaussée. — Appartements du prince de Phalsbourg en 1623. (P. 99.)
Cuisines et offices du prince de Lillebonne en 1698.
Actuellement, logement des gendarmes.
Cette aile de bâtiment devint, sous Stanislas, la première Intendance, puis le Pavillon des officiers. (P. 143, 148, 149.)

J - Tour de l'horloge (P. 36, 51, 73, 86, 102, 149)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère J
Dont la flèche est maintenant détruite; renfermant le grand escalier qui conduit à la Galerie des Cerfs. Au bas et à côté de cet escalier étaient les fours en 1698.

K - Première Cour ou Grande Cour

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère K
Entourée de portiques couverts, et dans laquelle avaient lieu les carrousels, tournois, et quelques réjouissances populaires. (P. 43, 46, 54, 60, 63, 90, 108, 129.)

- 176 ( )-

L - Corps-de-logis sans destination connue

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère L
Il servait de communication entre les appartements situés dans le fond de la cour et la Salle Neuve et la Galerie des Cerfs. Ce corps de logis est probablement celui qui fut rehaussé en 1585. (P. 73.)
Rez-de-chaussée. — (1698) Cuisines et offices du duc.
C'est sur l'emplacement de ce corps-de-logis , détruit, on ignore à quelle époque, qu'élait bâti le mur (démoli en 1828) contre lequel se trouvaient (en 1766) adossées des remises , démolies aussi en 1828.

M - Appartements Du Duc Et Des Princes (P. 54, 65, 68)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère M
Rez-de-chaussée. .— (1698) Partie des cuisines et offices du duc, logement du contrôleur de l'hôtel, passage conduisant de la première à la seconde cour (indiquée dans le plan de 1698) , chambres pour les officiers de l'hôtel.
Ce bâtiment, qui fut exhaussé en 1570, se trouvait sur l'emplacement marqué par le mur qui sépare la cour de la gendarmerie du jardin de la Préfecture.

N - Le Rond

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère N
Renfermant le garde-meuble de la couronne et le magnifique, escalier d'honneur qui conduisait aux appartements du duc et à la salle St.-Georges. (P. 47, 48, 62, 92, 111, 116, 127, 134, 137.)
Démoli en 1717. Une partie de son emplacement est occupée aujourd'hui par les écuries de la gendarmerie.

O - Bâtiment renfermant la salle Saint-Georges, la Chambre Des Comptes et du Trésor et les fourrières de l'hôtel

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère O

- 177 ( )-

Bâtiment renfermant la salle Saint-Georges (P. 71, 80, 87, 93 , 98, 99), la Chambre des Comptes et du Trésor (des Chartes), construite en 1489 (P. 24, 70, 134), et les fourrières de l'hôtel.

Ce corps-de-logis fut brûlé en partie en 1627 (1),
Rez-de-chaussée. — (1698) Corps-de-garde (près du Rond), porte neuve conduisant à la Carrière, et Chambre des Comptes. (P. 85.)
Aujourd'hui, petite cour et partie de l'hôtel des bureaux de la Préfecture.

P - Corps-de-logis occupé par le jeu de paume et la Galerie Des Peintures

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère P

Corps-de-logis occupé par le jeu de paume (P. 41, 43, 46, 47, 60) et la Galerie Des Peintures. (P. 74, 78, 94, 97, 106, 107, 109.)

Incendié en 1627. (P. 105.)
Le jeu de Paume fut démoli en 1705. (P. 130.)

Q - Petit Bâtiment Sans Destination Connue.

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère Q
Peut-être celui dont il est parlé en 1563 (P. 62, 63.), sous le nom de Galerie.
Était démoli en 1698, et sur son emplacement était un passage qui conduisait de l'intérieur du Palais à la Carrière.

  (1) Chevrier (Ilist. de Lor., t. IV, p. 256) prétend[NC 1] que, sous Charles III, « le feu ayant pris à une aile du Palais par la faute d'un domestique, le maréchal de Salm le frappa; le Duc, qui auroit voulu que chacun imitât son phlegme, arrêta le maréchal et lui dit: « Laissez cet homme, il m'a rendu service; demain j'aurois fait abattre cette aile qui me déplaisoit depuis longtems. » Chevrier n'appuie cette assertion sur aucune preuve, et j'ai tout lieu de croire qu'il a fait une de ces confusions de dates, qui lui sont, d'ailleurs, assez ordinaires, en rapportant au temps de Charles III un événement qui n'eut lieu que sous Charles IV. Aucun des nombreux documents que j'ai consultés, ne fait mention d'incendie arrivé au Palais Ducal sous le premier de ces princes.


- 178 ( )-

R - Cour des Viviers.

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère R
Les bâtiments voisins s'appelaient d'abord le quartier des Saulvoirs (P. 74), plus tard (1644) le quartier des Ambassadeurs. (P. 113.) Il y avait, au milieu de cette cour, des réservoirs pour le poisson, et dans un de ses angles une cage d'escalier enfermée dans une tourelle.

S - Corps-de-logis sans destination connue

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère S
Rez-de-chaussée. — (1698) Chambres pour les officiers de l'hôtel et logement du balayeur.

T - Galerie ou passage conduisant du Palais à L’Église Des Cordeliers. (P. 36, 48, 54, 76, 109, 149)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère T
Rez-de-chaussée. — (1698) Cuisines et offices du prince de Lillebonne, chambre pour les officiers de l'hôtel, logement du balayeur, commencement des cuisines et offices du duc...

U - Galerie de bois conduisant aux douze loges ou latrines. (P. 133)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère U
[NW 4]
Elle était détruite en 1698 et remplacée par un mur.
La cour située devant cette galerie était occupée, à la même époque, par le jardin et le logement d'un concierge.

V - Les douze loges ou latrines

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère V

X - Tour du Trésor des Chartes

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère X

Construite vers l595 et démolie en 1743. (P. 75, 76, 112, 118, 144.)



- 179 ( )-

Y - Bâtiment dépendant du Trésor des Chartes

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère Y
Probablement occupé par les clercs ou par les gardiens du Trésor.

Z - Galerie régnant du côté Nord du parterre (P. 116)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère Z
Galerie de bois du côté du jardin, sous René II. (P. 49, 38, 43)
(1698) Offices et cuisines du comte de Vaudémont et logement du concierge (sans doute de ce prince).

A' - Orangerie.

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère A'

Avant et en 1698. (P. 71.)

Peut-être le bâtiment neuf construit en 1610. (P. 98, 102, 107.) C'est probablement à l'extrémité de l'Orangerie que se trouvait la porte qui, du temps de Charles III, donnait accès sur la Carrière. (P. 72.)

B' - Remises pour les carosses (1698).

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère B'
Derrière ces remises était, en 1698, la manufacture des tapisseries de la couronne.

C' - Parterre, dit Le Parterre d'en Bas (P. 100)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère C'
Aujourd'hui le jardin de la Préfecture.

D' - Fontaine.

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère D'
Peut-être celle sculptée par Mansuy Gauvain. (P. 38, 41, 43, 44, 76.)

E' - Rampe du parterre,

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère E'
Ornée des statues de Siméon Drouin. (P. 95, 90.)
Au bas de cette rampe étaient, en 1698, une pièce d'eau et un réservoir pour le poisson.

- 180 ( )-

F' - Parterre d'en Haut (P. 82, 100)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère F'
Dont les berceaux furent faits en 1546 (P. 33.), et qui était établi, suivant Lionnois, sur l'emplacement du premier palais bâti par Raoul. (P. 13.) (1698) Bastion des Dames. (P. 36, 91, 133.)
Aujourd'hui, complétement détruit et faisant partie de la Pépinière.

F" - Kiosque Du Jardin Du Bastion Des Dames. (P. 149)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère F"

G' - Bâtiments De La Rue Neuve (P. 149)

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère G'

C'est derrière celui de ces bâtiments qui touche aux remises des carosses (B'), que l'on commença à construire, en 1571, les écuries qui subsistent encore en partie. (P. 68, 71.)

H' - Rue Neuve ou Carrière,

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère H'

Dont la vue a été gravée par Deruet et par Callot, et où avaient lieu les joutes, tournois et carrousels. (P. 14, 58, 59, 60, 62, 71, 75, 92.)

I' - Corps-de-garde Du Bastion Des Dames (1698).

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Carré rouge.png
Figure, repère I'

C'est près de cet endroit que se trouvait, sans doute, la carrière construite en 1545. (P. 52, 54.)


J' - Écuries du Palais

N0033673 JPEG 171 171DM.jpg
Rect Rouge 3 1.png
Figure, repère J'

(D'après la légende donnée par M. de Dumast, au bas de la vue du Palais qui accompagne le Nancy, histoire et tableau.) Elles furent bâties en 1722. (P. 139.) Grand magasin en 1739. (P. 143.)


- 181 ( )-

C'est près de ce bâtiment que se trouvait la salle d'Opéra (1) construite par Léopold, et qui subit de si nombreuses transformations. (P. 130, 131.)

Ce bâtiment (aujourd'hui détruit et remplacé par les écuries de la cavalerie) est probablement celui qui fut élevé, en 1613, « derrière les Cordeliers, «pour y mettre les carosses de la cour. (P. 95.)


  (1) On voit, par les pièces justificatives des comptes de l'année 1708, que les menuisiers Poirel et Sevelle « profilèrent l'ordre d'architecture » de la « grande salle de Comédie au palais de la Cour de Nancy ; » que les ouvrages de pierre de taille et de maçonnerie furent faits par Sébastien Palissot et consors ; la menuiserie, par Gerardon et consors; les ouvrages de sculpture par Regnauld Mesny, Bordenave et Pierre , enfin, que Chassel y fit deux grandes figures en bois, taillées dans des peupliers amenés de Tonnoy. Tontes les quittances de ces travaux sont signées par M. Cléret, contrôleur des bâtiments de Son Altesse, et consignées : Francesco Bibiena ou François Bibiene.


Iconographie complémentaire

Gallica N53037649 JPEG 1 1DM.jpg
Un plan réalisé en 1705 (source Gallica)

Notes complémentaires

Concernant la wikification du texte
  1. les rubriques à cheval sur deux pages ont généralement été regroupées dans la première page, sauf en présence d'une note significative. De même la typographie (titres en majuscules) a été homogénéisée.
  2. Des lettres clignotantes contenant des liens vers les légendes correspondantes ont été superposées aux repères initiaux.
  3. La lettre C est pratiquement invisible sur cette image numérisée
  4. La lettre U étant invisible sur le document numérisé, cette légende demande vérfication.
Notes explicatives
  1. A ce propos voir également une autre controverse avec Chevrier dans un article relatif à Mansuy Gauvain Bull. Tome 1 page 55.
Outils personnels